relation de confiance avec les éducateurs spécialisés IME CMP
Education et école

CMP, IME, institutions : comment établir une relation de confiance ?

Ce mois-ci, je suis ravie de laisser la parole à Clémence, ancienne éducatrice spécialisée, qui souhaitait rédiger sur un sujet qu’elle connaît bien 😊.
 

Vous êtes parents d’un enfant ayant des besoins spécifiques. Porteur d’autisme, de trisomie 21 ou de toute autre particularité faisant de lui un être extra-ordinaire. Comment développer une relation de confiance avec les éducateurs spécialisés ? Si votre enfant est accompagné par un centre médico-social (CMP) ou par le service d’une association, cela peut susciter au sein de votre famille de nombreuses réflexions : « Puis-je faire confiance à cet éducateur ? Vont-ils prendre des décisions sans m’en parler ? Quelle est ma place ? ». Voici quelques clés pour vous aider à engager avec les éducateurs un mode de communication constructif et efficace.

 

Développer une relation de confiance avec les éducateurs spécialisés et professionnels

Aussi merveilleux soient-ils, nos enfants à besoins spécifiques viennent bouleverser nos repères familiaux et personnels : ils nous font entrer dans un univers jusqu’alors inconnu, celui du handicap. Les parents apprennent rapidement à parler une nouvelle langue, teintée de sigles incompréhensibles (MDPH, IME, SESSAD, ITEP, etc.) de mots mystérieux ( MAKATON, PECS, etc.) et de métiers énigmatiques (comme les psychomotriciens). Ils seront également vite entourés de professionnels du médico-social utilisant un jargon technique complexe.

Rassurez-vous ! En tant que parent, vous êtes absolument indispensable. C’est vous l’expert, celui qui connaît le mieux votre enfant. Vous faites partie d’un système dynamique, où chacun des acteurs a un rôle déterminant. Votre enfant le premier ! Il est, selon la loi, « au centre du dispositif « . Il s’agit de co-construire avec lui et les professionnels afin de l’accompagner dans toutes les étapes de sa vie. La relation de confiance en travail social est un élément central du projet personnalisé.

 

Votre participation et vos compétences parentales sont indispensables

Commencez par regagner confiance en vous

Vous, parents, êtes les personnes connaissant le mieux vos enfants. Votre expertise est indispensable aux équipes pluridisciplinaires. Les professionnels vous offrent un support technique, des médiations et un réseau qualifié pour atteindre vos objectifs. Le savoir-faire de chacun est essentiel pour développer une collaboration fructueuse. Les éducateurs ont besoin de votre expérience.

Prenez soin de vous

Permettez-vous de prendre des temps de repos, n’hésitez pas à déléguer et à en parler aux équipes de professionnels. Et sans culpabiliser ! Vous repartirez au front avec plus d’énergie. Le quotidien des parents est particulièrement éprouvant et ces moments sont indispensables à votre équilibre. Les grands sportifs disent que le repos fait partie de l’entraînement.

Sachez, par ailleurs, que certains services d’accompagnement proposent un soutien psychologique en interne, pour les parents ou la fratrie.

Des groupes de paroles de parents

Ces groupes sont un outil supplémentaire vous permettant d’échanger vos expériences et de partager vos ressentis, vos inquiétudes et vos victoires. Ils sont, en général, proposés par les établissements ou leurs partenaires

Par ailleurs, pour les établissements qui sont gérés par une association, les parents qui s’y engagent en tant que membre auront la possibilité de participer à la vie du service. Ils pourront également mettre en place un réseau solide, solidaire et créatif composé de professionnels et de parents.

Établissez une relation de confiance avec les professionnels

Vous vous êtes déjà senti désemparé face à un éducateur prenant des décisions allant à l’encontre de vos souhaits ? Comment pouvez-vous impulser une communication efficace, en vous appuyant sur des documents officiels

Saisissez-vous du document individuel de prise en charge (DIPC)

C’est un document légal issu de la loi du 2 janvier 2002. Ce document fonctionnel contractualise les objectifs, les modalités d’accompagnement et les prestations requises. Il est mis en place lors d’une rencontre. Votre participation et celle de votre enfant sont indispensables, tout le monde doit s’exprimer, parler de ses attentes et de ses besoins. La mise en place d’un projet personnalisé en lien avec le DIPC permettra d’engager davantage l’accompagnement dans une dynamique de co-construction. Certains établissements favorisent même la présence de la fratrie ou de certains partenaires ou thérapeutes en libéral, au choix du bénéficiaire et de sa familleCe document est réactualisé une fois par an et vous est remis en main propre.

Communiquez régulièrement avec le professionnel coordinateur du projet

Chaque établissement a un fonctionnement différent. Identifiez bien les rôles de tous les intervenants, afin de savoir à qui vous adresser de la manière la plus efficace possible. N’hésitez pas à demander le mail du professionnel en question, afin de faciliter les échanges. Partagez avec lui vos astuces et les procédures mises en place à la maison. Créez un savoir commun autour de votre enfant et de son quotidien. Pour finir, autorisez-vous à leur poser des questions lorsqu’un terme utilisé est trop obscur.

Recherchez la collaboration et le partenariat

Un partenariat est composé de plusieurs parties de nature différente ayant un objectif commun

Reconnaissez les compétences de chacun

Quels sont vos savoir-faire ? Vos complémentarités ? Comment donner la parole à votre enfant pour qu’il exprime ses propres besoins ? Un partenariat implique la division des tâches et la définition des rôles de chacun. La clé est d’avoir un plan d’attaque clair et structuré.

Le professionnel a l’avantage d’avoir du recul sur l’accompagnement, sans être pris dans des enjeux affectifs. Il a également une vision globale et connaît toutes les ficelles du système. 

Définissez des objectifs communs

Si vous souhaitez apprendre à votre enfant à mettre ses gants tout seul, il faudra clarifier et formaliser vos intentions auprès des professionnels. Pour vous donner une idée, le psychomotricien pourra commencer par évaluer s’il existe des blocages moteurs. Ensuite, vous en discuterez ensemble et mettrez vos savoirs en commun. Enfin, vous définirez une routine, qui sera réalisée à la maison, en séance de psychomotricité et pendant les activités éducatives. La collaboration permet de mettre du sens, et pour les enfants à besoins spécifiques, nous savons à quel point il faut être cohérent.

Engager une collaboration avec d’autres êtres humains nécessite une connaissance réciproque, une écoute mutuelle et une volonté d’avancer ensemble. Appuyez-vous sur le document individuel de prise en charge (DIPC) et sur le projet personnalisé pour définir ou redéfinir les rôles de chacun, ce sont des outils essentiels. Ayez confiance en vos propres compétences, celles des professionnels et surtout en celles de votre enfant. Chacun d’entre vous est indispensable.

Et vous, quelles sont vos relations avec les professionnels du médico-social ?

Rédigé par Clémence Lefebvre, rédactrice web seo. 

Contact

info-ecole

Laissez-moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LA BOUTIQUE EST EN VACANCES !

Votre commande sera expédiée dès le 19 août.