5 conseils pour l'estime de soi chez l'enfant tdah
TDAH

Estime de soi chez l’enfant avec un TDAH | 5 conseils

Je m’aime et je m’accepte tel que je suis”. Qui parmi nous est capable d’énoncer sincèrement cette affirmation ? L’estime de soi est un défi de tous les jours, surtout lorsque l’on a une personnalité atypique. “Impulsif”, “distrait”, “impatient”, “maladroit” : l’enfant qui présente un Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité doit gérer toutes ces étiquettes qu’on lui attribue dans le cadre scolaire, familial et social. Ainsi, comment lui permettre de s’assumer et de garder une bonne image de soi malgré les normes et les préjugés ? Voici 5 conseils pour favoriser l’estime de soi chez l’enfant avec un TDAH.

Qu’est-ce que l’estime de soi ?

On confond souvent l’estime de soi et la confiance en soi, pensant qu’il s’agit de la même chose. Or, ce sont deux concepts bien différents en psychologie. Avoir confiance en soi, c’est croire en ses capacités. L’estime de soi repose pour sa part sur la conscience de sa valeur personnelle.

Selon le psychologue social Morris Rosenberg, une estime de soi élevée traduit alors une satisfaction personnelle à l’égard de soi, sans toutefois se sentir supérieur ou parfait. Être confiant est donc nécessaire pour que l’enfant ait une bonne image de lui-même, mais cela ne suffit pas.

Chez un enfant, qu’il présente ou non des TDAH, l’estime de soi se construit par rapport à deux choses :

  • le regard de ses parents et de son entourage ;
  • les expériences vécues.

Plus ces expériences (activités, apprentissages, relation avec les pairs) seront jugées positives par l’enfant, plus son estime de lui-même sera bon.

Il est important de noter que l’opinion de soi peut varier selon le contexte. Un enfant peut avoir un jugement positif sur lui dans un domaine (réussite scolaire), mais pas dans un autre (difficultés à établir des relations sociales).

En réalité, l’estime de soi est un processus qui se construit tout au long de la vie, même à l’âge d’adulte. Toutefois, elle est naturellement plus fragile durant l’enfance et l’adolescence puisque ce sont des périodes où l’individu apprend à se connaître et à s’accepter.

Estime de soi chez l’enfant avec un TDAH : pourquoi est-ce important ?

Le Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité peut compliquer certains aspects de la vie d’un enfant :

  • la conscience qu’il a de lui-même ;
  • ses apprentissages ;
  • la relation avec ses pairs ;
  • sa vie affective ;
  • son comportement ;
  • sa vision de l’échec.

De ce fait, il est naturellement plus difficile pour un enfant présentant un TDAH de savoir s’affirmer, de se faire confiance et d’avoir une bonne estime de soi. Dans un article paru dans la revue Perspectives Psy datant de 2011, Christophe Huynh et Philippe Mazet analysent les principaux résultats des études empiriques sur l’estime de soi dans le TDAH. Ils confirment alors une tendance à l’appréciation négative de soi chez les enfants présentant un TDAH.

Chez lui, en classe ou dans la cour de récréation, un enfant qui éprouve des difficultés de concentration ou qui se montre hyperactif peut essuyer de nombreuses remarques négatives : “Qu’est-ce que tu es lent !” ou encore “Arrête de bouger, c’est pénible !”.

Une mauvaise estime de soi peut le conduire à développer un sentiment d’infériorité et une hypersensibilité face à la critique, à le rendre plus irritable, à avoir des pensées négatives et à développer de la culpabilité vis-à-vis de ses parents et de lui-même.

À l’inverse, une bonne estime de soi chez l’enfant avec un TDAH lui permettra :

  • d’accepter plus facilement sa différence ;
  • de prendre plus de recul face aux critiques ;
  • d’oser faire des choix et prendre des décisions ;
  • de rester positif face à un échec ;
  • d’avoir des relations interpersonnelles plus sereines et équilibrées.

Finalement, une bonne image de soi implique de s’accepter tel que l’on est et de reconnaître ses faiblesses. C’est s’aimer tout en sachant que l’on n’est pas parfait. Cela permet à l’enfant d’être à l’aise avec les autres malgré ses différences, d’oser prendre des risques et de ne pas fuir l’échec à tout prix.

5 conseils pour favoriser l’estime de soi chez l’enfant avec un TDAH

Même si nous vivons dans une société normée où la différence peut être mal vécue dès tout-petit, favoriser l’estime de soi chez un enfant avec un TDAH est tout à fait possible. Les parents ont un grand rôle à jouer, à travers le regard qu’ils portent sur leur enfant et les activités qu’ils lui proposent. La clé : un environnement familial bienveillant, stimulant, sécurisant et positif.

1. Aider son enfant avec TDAH à mieux se connaître

Améliorer la conscience de soi de son enfant l’aidera à reconnaître son individualité et à s’accepter tel qu’il est. Pour ce faire, votre enfant doit appréhender avec sérénité son corps, ses émotions et ses besoins.

Aidez votre enfant à développer la conscience de son corps à travers des activités et des expériences qui favorisent les sensations corporelles et la maîtrise de ses gestes. Optez par exemple pour des jeux éducatifs à stimulation sensorielle ou des outils pour travailler la motricité fine de votre enfant et limiter ses maladresses physiques.

Aidez-le également à identifier ses émotions. Vous pouvez utiliser un imagier des émotions qui fait appel à l’observation et à l’empathie. Si votre enfant éprouve des difficultés à mettre des mots sur ses sensations, utilisez une formule neutre, sans émettre de jugement sur son état émotionnel : “Il me semble que tu es triste” plutôt que “Tu es triste”. Soyez à son écoute et laissez-lui le temps de s’exprimer. Donnez-lui le sentiment d’être pris au sérieux et signifiez-lui que sa parole compte.

Par ailleurs, ce que la plupart des gens voient comme des “difficultés” chez les enfants avec TDAH doivent être considérés par l’enfant comme des besoins. Votre enfant doit apprendre à identifier et à exprimer les siens. S’il se met en colère, est-ce parce qu’il a besoin de plus de temps ? S’il se lève plusieurs fois de sa table et n’arrive pas à se concentrer, est-ce parce qu’il a besoin de faire une pause ? Vous pouvez lui apprendre à relier ses sensations à ses émotions, puis à des besoins concrets : “Je sens mes larmes couler, j’ai la gorge nouée, je me sens triste et seul… J’ai donc besoin d’un câlin ou d’une parole réconfortante”.

Enfin, n’hésitez pas à exprimer vous aussi vos besoins pour mieux communiquer avec votre enfant. Il doit apprendre à reconnaître et à respecter les émotions et les besoins d’autrui. Finalement, ils ne sont pas si différents des siens ! Mettez ses besoins en lien avec les vôtres : “Tu as besoin d’attention mais j’ai une tâche très urgente à terminer, que dirais-tu de prendre une feuille et de dessiner/écrire tout ce qui te passe par la tête pendant 15 minutes pour qu’en on discute ensuite ?”.

2. Fixer un cadre structurant et sécurisant

Les enfants qui présentent un TDAH ont besoin d’un entourage structurant et sécurisant pour se sentir en confiance. Les routines quotidiennes sont sources de bien-être pour eux. Cela leur permet ainsi de mieux s’organiser, de limiter leurs angoisses et de canaliser leur énergie.

Il existe de nombreux outils de gestion du temps et de l’espace. Utilisez tout ce qui ritualise et facilite la vie quotidienne de votre enfant :

Instaurez des règles d’organisation simples, claires et efficaces. L’ambiance familiale sera beaucoup plus apaisée si chacun sait ce qu’il a à faire aux différents moments de la journée. De plus, cela permet d’apprendre à son enfant à s’auto-gérer et à gagner en autonomie. Quoi de mieux pour porter un regard positif sur soi ?

estime de soi enfant tdah instaurer routines

3. Définir des objectifs réalistes et se construire des petites victoires

Un enfant qui présente un TDAH a besoin d’avancer à son rythme et en fonction de ses besoins. Une fois qu’il connaîtra ses forces et ses limites, vous serez à même de créer avec lui les conditions propices à sa réussite.

Pour ses activités scolaires, n’hésitez pas à fragmenter les tâches et à définir un lieu de travail approprié (au calme, loin de toute distraction). S’il est nécessaire de faire des pauses régulièrement, organisez de courtes sessions de travail calquées sur son rythme. Plus vous allez créer des conditions favorables, plus votre enfant se trouvera en position de réussite.

À chaque étape, peu importe le résultat final, valorisez ce qui a été fait. Ce sont les petites victoires qu’il faut célébrer pour se motiver ! Cela lui permettra d’être fier de lui, sans chercher à se comparer par rapport au rythme de travail de ses camarades de classe. Pourquoi ne pas tenir un petit carnet des réussites ? En cas d’échec ou de démotivation, cet outil lui permettra de contrebalancer l’image négative qu’il peut avoir de lui-même en prenant conscience de ses qualités et de ses capacités.

De même, repérez les domaines dans lequel il a des facilités et encouragez-le à s’investir de dans ses passions. Que ce soit le sport, la musique ou le dessin, pratiquer une activité qu’il aime va renforcer sa confiance en lui et l’aidera à se juger positivement.

4. Encourager son enfant à relever de nouveaux défis

Le changement et l’imprévu peuvent être sources de grande anxiété pour un enfant présentant un TDAH. De surcroît, les échecs passés, les difficultés relationnelles et le manque de confiance en soi peuvent le dissuader de tenter de nouvelles expériences.

Pourtant, il est indispensable de renforcer l’estime de soi chez l’enfant avec un TDAH en l’encourageant à relever de nouveaux défis qui sont à sa portée et pour lequel il se montre volontaire. Cela lui permettra d’avoir la sensation de faire des progrès, de se découvrir un nouveau talent et parfois même de développer ses habiletés sociales !

Néanmoins, attention à ne pas trop en faire et à le sur-solliciter. Donnez-lui de petites responsabilités et des tâches qu’il est en mesure d’assumer. Choisissez soigneusement l’activité que vous allez lui proposer : dans un environnement calme, sans trop de monde, sans délai d’attente trop important, etc. De même, veillez à préparer le terrain pour sortir votre enfant de sa zone de confort tout en douceur. Pour ce faire, procédez par étapes : s’il s’agit de lui apprendre à nager, amenez-le une première fois à la piscine lorsque celle-ci est peu fréquentée. Prenez le temps de choisir avec lui ses affaires de natation, organisez une rencontre en tête à tête avec son professeur, regardez avec lui depuis les gradins comment se déroule une séance, etc.

Surtout, ne le poussez pas dans ses retranchements si une nouvelle expérience s’avère trop compliquée à gérer. S’il se sent dépassé par la situation, définissez avec lui un “code” pour mettre fin (en toute discrétion) à l’expérience. Vous pourrez ensuite échanger sur son ressenti à tête reposée et décider de réitérer ou non cette initiative.

Finalement, montrez-lui que ce sont les efforts qu’il est important de valoriser, pas nécessairement ce que la société considère comme des “réussites” (de bonnes notes, un grand nombre d’amis ou bien un agenda chargé d’activités extra-scolaires).

5. Rester toujours positif

S’il n’y avait qu’un conseil à retenir, ce serait celui-ci : toujours adopter un état d’esprit positif avec son enfant. Ce qu’il considère comme des difficultés sont en réalité des besoins et ce qu’il juge comme étant une différence est en fait une force. Son assurance en lui ne peut qu’en être décuplée ! Il évitera ainsi de se dévaloriser et de se comparer à sa fratrie ou à ses camarades.

Utilisez au maximum le langage positif. Exit les formulations négatives qui renforcent l’impression qu’il “ne peut pas” ou qu’il “n’y arrive pas”. Attention cependant : être positif ne veut pas dire mentir ! Il est toujours possible de tenir des propos optimistes à l’égard de votre enfant, même en cas d’échec ou de conflit, tout en restant sincère.

Dans une situation de crise, faites diversion en stimulant sa pensée positive. Incitez-le à se remémorer de bons souvenirs ou focalisez son attention sur un heureux événement qui va bientôt se dérouler : un anniversaire, les prochaines vacances ou encore la sortie d’un film qu’il attend avec impatience. La joie et l’enthousiasme sont de puissants leviers à actionner au quotidien pour redonner confiance à son enfant, lutter contre l’anxiété et vaincre la démotivation.

confiance en soi enfant tdah

Ainsi, l’estime de soi chez l’enfant avec un TDAH demande du temps, de l’écoute, de la bienveillance et un état d’esprit positif. C’est un très beau défi qui, une fois relevé, permettra à votre enfant de s’affirmer plus facilement et de faire de sa différence une force.

👉 Si vous aussi vous souhaitez partager votre expérience et vos astuces pour aider son enfant à avoir une bonne estime de soi, n’hésitez pas à publier un commentaire sous cet article.

Pour recevoir tous les mois nos conseils et nos idées d’outils à utiliser avec votre enfant, n’oubliez pas également de vous abonner à la newsletter.

Article rédigé par Amirah Vavoda, rédactrice Web SEO

 

 

Laissez-moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.