Quotidien et Autonomie

Crises de colère chez l’enfant TDAH | 13 astuces

Les crises de colère chez l’enfant TDAH peuvent être parfois impressionnantes, violentes et fatigantes pour les parents. Il en est de même pour l’enfant autiste. La société n’étant pas adaptée à eux, les stimulis extérieurs sont parfois trop agressifs et les interactions sociales sont difficiles à appréhender… Bref, ils n’ont pas les codes. L’une des particularités de l’enfant ayant un TDA/H (Trouble de l’Attention avec ou sans Hyperactivité) c’est son manque de patience ! Ce n’est donc pas un caprice, ni une provocation mais une façon d’exprimer sa frustration et ses émotions.

Les éléments déclencheurs d’une crise de colère chez l’enfant TDAH

  • crise émotionnelle ;

  • hypersensibilité ;

  • imprévus, changement d’emploi du temps ;

  • fatigue ;

  • moyen de s’exprimer ;

  • stress, angoisse ;

  • stimuli extérieurs (troubles sensoriels) ;

  • troubles du langage.

 

Avant toute chose, il faut s’assurer que l’enfant ait un bon sommeil et un environnement stable et calme à la maison. Les crises ne vont, évidemment pas, disparaître du jour au lendemain, mais ces astuces vont vous aider à réduire les crises.

1 – Montrer les bons gestes s’il tape 

Si l’enfant tape son frère, sa sœur, ses camarades de l’école ou vous-même, expliquez-lui les bons gestes : 

  • prendre sa main et caresser l’autre, afin de lui montrer que “c’est comme ça qu’il faut faire” ;

  • orienter son geste vers une poupée, un tambour, un coussin afin d’aller au bout de sa colère et de son agressivité ;

  • montrer à l’enfant les conséquences de son acte “regardes, tu lui as fait mal, il est triste, il pleure…”.

2 – Faire diversion !

Il crie, hurle ou se jette par terre ? Le trouble de l’opposition chez l’enfant TDAH peut être épuisant au quotidien. La meilleure astuce que l’on est trouvé jusqu’ici est de faire diversion. Faites-lui oublier pourquoi il s’est mis en colère :

 

  • “écoutes-moi, je vais te montrer quelque chose” ;
  • “viens on va jouer à …” ;

  • formuler son besoin, sa demande “je sais que tu es en colère, que t’arrive-t il ? Explique-moi…”.

3- Anticiper les crises de colère dans les lieux publics

  • rendez-le responsable, donnez-lui une mission, il se sentira utile (lui donner une liste de course, par exemple, et le charger de mettre les aliments notés dans le caddie) ;
  • discutez avec lui, en amont, des bons comportements à avoir. Faites-lui répétez vos consignes. 

4- Renforcer son estime de lui-même

  • ne pas le mettre face à des choses qu’il ne sait pas faire afin de lui éviter des situations d’échecs qu’il peut mal vivre ;

  • le guider vers des choses qu’il aime faire ou sait faire.

5-  Consacrer du temps pour lui

Je ne parle pas des moments de soins et des rendez-vous médicaux… Mais du temps de qualité tel que les loisirs, un jeu, des câlins.

6- Instaurer un coin de retour au calme

  • l’isoler dans sa chambre pour qu’il puisse retrouver son calme. Essayez pour voir si cela est bénéfique mais pas trop longtemps. De plus, cela ne fonctionne qu’avec certains enfants quand d’autres (comme le mien) vont plutôt tout casser 🙂 ;

  • le coucher dans son lit et poser sur lui une couverture très lourde qui pourrait l’apaiser ;

  • autre outil : le drap Fidgetbum qui emmaillote l’enfant et agit sur ses sensations proprioceptives Drap sensoriel Fidgetbum ;

  • c’est peut-être le bon moment pour l’installer, une petite demi-heure, devant la télé le temps pour lui de se calmer ;

  • lui créer une petite bulle dans un coin de la maison (une cabane ou le canapé en installant des coussins autour de lui).

7- Mettre en place des routines

On ne parlera jamais assez du bienfait, pour les enfants ayant un TDAH, d’instaurer des routines afin de limiter leurs angoisses, qui peuvent être le déclencheur d’une crise de colère :

 

  • privilégiez le même itinéraire pour aller à l’école par exemple ;

  • définissez des heures fixes pour le repas, le coucher…

 

La routine permet de calmer l’anxiété de l’enfant. Il convient de le prévenir de ce que vous allez faire, indiquez-lui où vous allez pour ne pas le surprendre.

8- Utiliser le scénario social

  • à l’aide de dessins, des livres, expliquez-lui les comportements que vous souhaitez qu’il ait dans certaines situations ;

  • appliquez des petites scènettes avec le papa ou la fratrie et montrez lui comment se comporter.

9- Adapter sa façon de lui parler

  • donnez-lui le choix afin qu’il ait l’impression que c’est lui qui décide : ne dites pas “mets tes chaussures” mais “veux-tu mettre tes chaussures ou tes baskets” ?

10- Utiliser un système de renforcement

Un tableau de récompenses peut être efficace avec votre enfant.

Il s’agit de récompenser l’enfant, avec un point de couleur, à chaque fin de journée s’il n’a pas eu de crise de colère. C’est un semainier sur lequel il peut voir sa progression, ce qui peut être très encourageant pour l’enfant.

11- Des outils pour la gestion du temps

  • pour réduire son impatience, utilisez un minuteur ou un sablier, c’est un bon repère qui l’apaisera ;

  • pour le partage des jouets souvent conflictuel, le sablier permet d’attendre son tour pour récupérer le jouet et de visualiser le temps ;

  • pour indiquer l’heure du coucher, des repas (souvent cause de conflits), mettez le minuteur en route. Expliquez-lui que, dès qu’il entend la sonnerie, cela signifie que c’est l’heure.

12 – Pratique d’une activité physique ou artistique

Tous les enfants doivent avoir une activité en dehors de la maison. Le sport et la musique, par exemple, sont de vrais évacuateurs de stress. On peut être tenté de limiter les endroits extérieurs pour ne plus subir de crises mais il ne faut pas tomber dans ce piège. Evidemment, si on parle de resto ou de cinéma, ce n’est pas vraiment indispensable, mais concernant les activités des enfants, c’est quand même important. Vous trouverez des adresses adaptées à l’enfant TDAH ou porteur de handicap dans les articles suivants : Sport adapté : où pratiquer ? ou La musique adaptée – Où pratiquer ?

 

13- Cas particulier : l’enfant non-verbal ou ayant des troubles du langage

Votre enfant se tape la tête contre les murs ? Il se fait mal volontairement

C’est sans doute parce qu’il n’arrive pas à se faire comprendre, il ne sait pas comment exprimer son ressenti et en est bien conscient. Ce qui implique agressivité et frustration :

 

  • utilisez des pictogrammes pour communiquer avec l’enfant ;

  • incitez-le à s’exprimer avec des images, des objets ou photos de lieux qu’il connaît afin d’expliquer ce qu’il ressent ;

  • travaillez la gestion des émotions avec des livres, des images (enfant qui pleure, qui rit…) et discutez-en ensemble. Vous pouvez mettre en place des petites images avec des émoticônes par exemple dans un petit panier. Demandez-lui de vous montrer l’émotion qu’il ressent en piochant dans le panier.

Pour diminuer les crises de colère chez l’enfant TDAH, il convient d’être indulgent. Concentrez-vous sur des choses importantes.

Qu’est-ce que je peux le laisser faire ou au contraire, qu’est-ce qui est non-négociable ? 

Il n’est pas toujours facile de savoir comment doser. Comment éduquer l’enfant tout en prenant en compte ses particularités et ses besoins ? Qu’est-ce qui est dû à son trouble ? Qu’est-ce qui est dû à sa personnalité ?

 

Partagez vos conseils ici !

info-ecole

Association TDAH-France

tdah-france

 

Laissez-moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LA BOUTIQUE EST EN VACANCES !

Votre commande sera expédiée dès le 19 août.