conseils pour faire des photos d'identité à un enfant porteur de handicap
Quotidien et Autonomie

Comment faire les photos d’identité d’un enfant porteur de handicap

Les photos d’identité d’un enfant porteur d’un handicap est un sujet pertinent à aborder en cette période. Nous sommes au mois de mars, le printemps pointe le bout de son nez et il est temps de préparer les vacances. Qui dit vacances, dit passeport ou carte d’identité, du moins si vous partez à l’étranger. Sauf, que nous, parents d’un enfant “différent”, sommes face à un problème de taille : les photos ! Comment faire les photos d’identité quand il a des troubles psychomoteurs ou qu’il est hyperactif, l’empêchant d’avoir une posture conforme, de fermer la bouche ou de regarder l’objectif ?  

Conseil 1# Abandonnez le photomaton

Oui, c’est le premier réflexe ! On se dit allez tous en boîte ! Malheureusement, le photomaton n’est pas une bonne idée. 

Tout d’abord, il faut expliquer à loulou qu’il ne faut pas sourire, ne pas ouvrir la bouche, ne pas non plus trop la fermer, de se tenir droit et surtout, regarder l’écran pendant 10 bonnes secondes sans bouger, le temps que la machine se mette en route . Vous imaginez tout ce que doit faire l’enfant en même temps pour l’avoir cette photo ? C’est carrément impossible !

Une fois que vous avez réussi à ce que l’enfant ne bouge plus, il faut attendre que la photo se déclenche et là, c’est trop tard, loulou s’est déjà fait la malle ! Nous avons fait au moins 10 essais (et je n’exagère pas), aucun n’a fonctionné. Les photos étaient, bien évidemment, non conformes. Rien de pire pour succomber à une crise de nerfs…

Conseil 2# Faites appel à un photographe pour les photos d’identité d’un enfant porteur de handicap

 

Le photographe pour un enfant différent, oui mais…
 

Si vous avez de la chance de trouver un photographe, patient et compréhensible, qui est prêt à rester un bon moment pour prendre 3 000 prises, je vous le conseille, ça reste le plus simple.

Si non, passez votre chemin… Nous avons fait appel à un photographe, à deux reprises, pour des photos de passeport et de visa et ce fut une catastrophe car les photographes n’ont pas compris que nous avions un enfant hyperactif  et ils ont vite perdu leur calme.

Cependant, certains se déplacent à domicile. Vous pouvez tenter cette solution car votre enfant sera chez lui dans un cadre familier et le photographe sera, certainement, plus patient.

Le photographe pour le bébé, oui 

En revanche, le photographe sera indispensable, voire obligatoire (il me semble que c’est imposé d’ailleurs par la préfecture) pour les photos concernant les bébés.

Pour un nouveau-né, l’enfant est généralement allongé sur une serviette unie et de couleur claire.

Pour un bébé plus grand et qui se tient en position assise, il sera positionné sur une chaise. Il faudra, évidemment, veiller à ce que l’enfant ne fasse pas de sourire ou ne pleure pas. Là encore, le photographe devra être très patient.

Conseil #3 Prenez les photos avec votre téléphone

C’est la meilleure solution, et de loin, la plus simple ! Pourquoi ? Parce que vous allez pouvoir ensuite retravailler la photo de façon à ce que le critère principal soit respecter pour que la photo soit conforme : la taille du visage doit être entre 32 et 36 mn (vous pourrez vérifier après avec une règle). Ce critère est primordial ! Vous pouvez vous rendre sur le site du service public pour les détails. 

Et aussi parce que c’est autorisé ! Oui, vous avez le droit de fournir des photos effectuées par vous-même.

  • prenez l’enfant dans une petite pièce, bien éclairée, à fond clair. Etant donné que c’est vous qui prenez la photo, vous serez beaucoup moins stressé et surtout, vous pourrez faire le nombre d’essais que vous voulez. Je vous conseille d’étaler les essais sur plusieurs jours pour ne pas braquer loulou ;
  • prenez la photo sans le port de lunettes, s’il en a ;
  • utilisez une application spécifique qui vous permet de prendre des photos et de les ajuster pour qu’elles soient conformes : Smartphone ID, fotomaton ou Editeur de photo d’identité de passeport ;
  • retouchez la photo de façon à ce que le visage soit à la bonne taille, comme indiquée plus haut ;
  • envoyez le fichier pour faire le tirage, une fois les réglages effectués. Le délai de réception est, en général, de 3 à 5 jours.
 

Conseil #4 Expliquez votre demande à la mairie 

Par précaution, expliquez que faire les photos d’identité d’un enfant porteur de handicap est très compliqué.

  • demandez une ordonnance à votre médecin traitant. Expliquez-lui les difficultés pour l’enfant de rester concentré et il indiquera sur l’ordonnance que son état de santé ne lui permet pas d’adapter une posture adéquate ;
  • joingnez la notification MDPH ;
  • ajoutez une copie de la CMI (Carte Mobilité Inclusion) si vous en avez ;
  • rédigez un courrier en indiquant le handicap de votre enfant, les essais/tentatives que vous avez effectués et que tous ont échoué ;
  • téléphonez à la préfecture pour faire part de votre inquiétude.

💡 Et vous ? Avez-vous d’autres astuces à nous faire partager ? 

 
infographie faire photo du passeport pour les enfants ayant des troubles psychomoteurs

2 commentaires

  • Thierry SEGUIN

    Bonjour. Pour les papiers officiels (CNI, Passeports, Cartes de séjours), la norme des photos d’identité française exige qu’elles soient faite par un professionnel (photographe ou cabine) avec un matériel agréé. Cela exclut donc de fait les photos faites par soi-même, par exemple avec son smartphone et l’une des applications smartphone que vous citez.
    Les photographes portraitistes pratiquant la photo d’identité seront donc seuls à même à réaliser les photos d’identité de jeunes enfants ou de personnes porteuses d’un handicap.

    Thierry Seguin Photographe et organisme de formation à la photo d’identité pour les photographes professionnels

    • Audrey

      Bonjour, oui j’en conviens. Mais concrètement, quel photographe, à ce jour, peut prendre en photo un enfant porteur de handicap avec les besoins que cela demande ? Personnellement, j’en ai essayé deux et cela s’est mal passé. Pourquoi ? Parce que mon fils est autiste, il ne peut pas sourire à la demande, il bouge constamment, tourne la tête tout le temps. Si on le force, il devient frustré et colérique. La patience et la bienveillance est requise chez le professionnel. Comme chez le dentiste et chez l’ophtalmologiste, l’enfant ne doit pas bouger et c’est ce qui implique beaucoup de contrariétés chez le professionnel, comme chez l’enfant. Malheureusement, beaucoup de ces professionnels ne prennent pas en compte ces particularités, par manque de connaissance ou par manque de bienveillance. On va donc au Photomaton pour simplifier la vie de tout le monde. Mais là encore, ce n’est pas adapté. Donc en tant que parents d’enfants handicapés, c’est le système D qui s’impose à nous. Mon article est le résultat de mon expérience personnelle, et je rends service aux autres parents en leur indiquant qu’avec un certificat médical, la notification Mdph et en écrivant à la préfecture, qu’ils peuvent, peut-être, bénéficier d’une « clémence ». La preuve, j’ai pu le faire. Mais si vous faites partie de ces professionnels qui se sentent capable de photographier un enfant porteur de handicap, je vous invite à vous faire connaître auprès des familles de votre localité, à former d’autres photographes dans ce sens également, car j’aurais été ravie de savoir qu’un photographe, proche de chez moi, aurait pu venir à domicile et photographier mon fils, en toute connaissance de cause. Sincèrement, on ne demande que ça, que les professionnels, au contact du public, soient sensibilisés à l’accueil des enfants handicapés. Vous faite partie d’un organisme de formation, c’est vraiment le moment de sensibiliser les élèves. Merci et bonne journée.

Laissez-moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.