apprendre a faire du vélo a un enfant autiste
Quotidien et Autonomie

Apprendre à faire du vélo à un enfant autiste en 7 étapes

vélo enfant

Comment apprendre à faire du vélo à enfant autiste ? Ce n’est pas toujours facile, car il faut pouvoir aller au delà de ses difficultés. Pourtant, le vélo est le premier pas vers l’autonomie et l’indépendance ! On ne sait pas comment il évoluera en grandissant. Est-ce qu’il pourra conduire un scooter ? Pourra-t-il obtenir son permis de conduire ? Ce sera peut-être le seul moyen pour lui de se déplacer, autant vous dire qu’il fait mettre les bouchées doubles.

Il n’est pas rare que les enfants autistes ou ayant des troubles cognitifs, ne puissent pas faire du vélo à cause de certaines difficultés telles que :

  • l’équilibre ;
  • problèmes psychomoteurs ;
  • difficultés de coordination de mouvement ;
  • troubles de la concentration ;
  • troubles dys ;
  • anxiété, peur de tomber.

Mon fils a su faire du vélo sans les petites roues à 8 ans. Ce fut long et fastidieux, mais ça a fonctionné ! Je ne prétends pas avoir trouvé la méthode miracle, mais je peux vous partager la méthode que nous avons appliqué. Voici les 7 étapes à suivre :

Etape #1 – Instaurer un rituel

Nous savons que les rituels, la répétition et le cadre est très important pour l’enfant autiste. Il faudra donc faire de même lors des séances :

  • imposez-vous, chaque semaine, 15 minutes le mercredi ou 15 minutes le samedi et 15 minutes le dimanche pour la séance d’apprentissage du vélo ;
  • privilégiez les séances le matin, quand l’enfant est bien reposé ;
  • respectez les limites de l’enfant et tenir compte de ses capacités.

Et surtout, persévérez, le temps est votre ami. Sans jamais le gronder et le forcer pour ne pas le décourager.

Etape #2 – La draisienne si l’enfant est petit

Si votre enfant est encore jeune (à partir de 2 ans et demi), je vous conseille d’ores et déjà de vous procurer une draisienne. Le meilleur apprentissage qui soit ! Cela vous permettra déjà de gagner du temps. Ce petit engin, sans roues et sans pédales, permet à l’enfant de  travailler son équilibre (difficile à appréhender pour un enfant autiste) et de se familiariser avec la pratique du vélo très rapidement. Les deux premières séances sont un peu perturbantes mais ensuite, l’enfant prend vite ses marques.

draisienne apprentissage vélo

Etape #3 – Passage au vélo de « grand »

Si l’enfant n’a pas encore de grand vélo

Un vélo « de grand » oui, mais sans les petites roues et sans les pédales.

Dès que la draisienne devient trop petite, en général, vers 4 ans, l’enfant passe au vélo et n’y ajoutez pas les petites roues stabilisatrices.  

La draisienne devrait permettre à l’enfant de ne pas utiliser les roues arrières lors du passage au vélo, d’où son intérêt… Si vous passez aux petites roues, il perdra son assurance et son équilibre acquis grâce à la draisienne.

En général, cela devrait se faire en quelques séances et très facilement.

Si l’enfant utilise déjà un vélo avec les roulettes

  • enlevez les roulettes arrières ;
  • enlevez les pédales ;
  • baissez la selle de façon à ce que ses pieds touchent terre et qu’il soit plus à l’aise ;
  • réglez la hauteur du guidon.

Peu importe son âge, je vous conseille d’adapter son vélo comme une draisienne. Nous avons regretté le passage aux petites roues, puisque finalement, c’est en les enlevant et en retirant ses pédales qu’il a réussi à en faire seul !

De plus, il faut savoir que les petites roues arrières deviennent vite un obstacle. Au bout d’un moment, elles deviennent un frein pour avancer, pensez-y pour son confort ! Elles sont surtout inadaptées au tout terrain car sans ressorts. Les roues ne sont pas faites pour les dénivelés, elles tournent donc dans le vide ! Les balades à vélos deviennent frustrantes pour l’enfant et pour toute la famille.

Etape #4 – Apprivoiser le vélo

  • revoir les mouvements nécessaires à sa sécurité, de façon à ce qu’il maîtrise et apprivoise son vélo ;
  • monter/descendre ;
  • comment “bien tomber” ;
  • apprendre à tourner ;
  • apprendre l’équilibre à vélo.

Sur une surface plane, installez des plots et faites lui faire des petits exercices.

velo autiste apprentissage

Etape #5 – Apprendre le freinage

  • apprendre à bien freiner (le mettre à côté de son vélo debout pour se concentrer uniquement sur les freins) ;
  • lui mettre des vieilles baskets pour qu’il puisse freiner avec ses chaussures, le temps d’être plus à l’aise avec les freins ;
  • s’assurer que les freins ne soient pas trop dur, si l’enfant à des troubles de préhension ou de motricite fine, ce sera difficile.

Etape #6 – Apprendre à pédaler

Une fois qu’il a bien assimilé l’équilibre, vous pouvez remettre les pédales. La difficulté va surtout être le démarrage et le pédalage. Quand il n’y a plus d’appui à l’arrière par les petites roues, ce n’est pas simple de se propulser :

  • se positionner à ses côtés, lui montrer les mouvement d’appui sur les pédales pour pouvoir avancer ;
  • décomposez les gestes avec lui : appuyer sur la pédale –  se propulser – mettre le pied sur l’autre pédale pour avancer.

Si cela reste difficile, vous pouvez vous procurer un pédalier pour le faire travailler à la maison afin qu’il comprenne le mécanisme. Vous pouvez en trouver dans les magasins de sport ou sur internet pour pas très cher (50 euros environ). Vous pouvez consulter la page Maia Autisme qui vous montre comment faire.

L’important est d’apprendre à pédaler.

Etape #7 – Le vélo et la motivation

Il faut, bien évidemment, lui donner la motivation de vouloir faire du vélo, s’il ne l’a pas déjà.

En général, tous les enfants aiment faire du vélo. Mais si cela reste difficile, incitez-le en lui montrant l’intérêt de pouvoir se déplacer : balade en famille dans les bois, se rendre au square de jeux… 

Et la sécurité ? 

L’autre difficulté est de lui faire comprendre les dangers de la route.

Nous avons longtemps cru que si notre enfant n’arrivait pas à faire du vélo, c’était parce que son trouble de l’attention (TDAH) ne lui permettait pas de se concentrer sur l’apprentissage. Il ne regardait pas devant lui ou regardait le ciel tout en essayant de pédaler… Mais finalement, dès qu’il a réussi à avancer et à pédaler seul, il a été forcé de se concentrer.

Apprendre à faire du vélo à un enfant autiste demande de la patience et de la persévérance. Mais il ne faut pas laisser tomber car cela lui apportera une grande confiance en lui !

Si malgré tout, cela ne fonctionne pas, vous pouvez toujours investir dans un tricycle spécifique. C’est cher mais vous pouvez essayer une prise en charge partielle auprès de la MDPH.

info-ecole

Laissez-moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LA BOUTIQUE EST EN VACANCES !

Votre commande sera expédiée dès le 19 août.